Les bibliothèques municipales en mutation, et moi, et moi et moi!

© Véronique Decleyre
http://www.decleyre.be/
veronique/cartoons.html

Menaces  sur les finances locales, baisse de la fréquentation, dématérialisation des fonds. Que vont devenir les bibliothèques, en parlant des lieux, mais surtout quel devenir pour nous, bibliothécaires qui les font tourner ?

On pourrait penser que la possibilité d’accès direct par internet au document original, sans avoir à se déplacer, peut compromettre l’existence des bibliothèques rendues obsolètes. 

Aux ressources analogiques (livres, documents…) s’ajoutent (remplacent?) progressivement les ressources numériques et celles du multiforme et débordant Web. La volonté de rendre accessible l’information à tous (Web 1.0) puis d’autoriser tout un chacun, légitime ou non, à la créer (Web 2.0) a ouvert le champ des possibles. Ce réservoir n’a pu être ignoré par les bibliothécaires. Rechercher, valider et organiser l’information experte, actualisée et exhaustive s’est complexifié.

© Véronique Decleyre
http://www.decleyre.be/
veronique/cartoons.html

Des initiatives telles que bibliosésame ou les guichets du savoir (services de questions/réponses à distance s’appuyant sur les compétences de bibliothécaires) nous fait toucher du doigt cette réalité.

De la bibliothèque à la bibliosphère, de Lorenzo Soccavo, publié aux éditions NumérikLivres, dans la collection Comprendre le numérique évoque l’avenir la bibliothèque en tant que bibliothèque universelle « tissant sa toile sur la planète tout entière », « Un livre en reconfiguration permanente. Un livre qui rendrait plus que jamais, par rapport au passé, indispensable la présence active et attentive, en son sein même, d’une véritable armée de bibliothécaires ».

Comme l’explique Laure Collignon dans son ouvrage intitulé « Concevoir et construire une bibliothèque », destiné aux élus à la culture et aux responsables d’équipements-chefs de projet, pour l’heure « on s’oriente vers la bibliothèque hybride ». Le terme qualifie ces équipements d’un genre nouveau où sont regroupés services sur place et à distance, collections physique et numérique. Encore une fois, « la question ne se résume pas à des mètres carrés à économiser ou à augmenter. Car, de toute façon, le développement du numérique nécessite de prévoir une offre de médiation importante« .

Une chose est sûre, la bibliothèque (du grec ancien βιβλιοθήκη : biblio, « livre » ; thêkê, « place ») ne sera plus seulement le lieu où est conservée et lue une collection organisée de livres…mais tout cela nous donne l’espoir qu’il y aura toujours autant besoin des  BIBLIOTHECAIRES 😉

Publicités

2 réponses à “Les bibliothèques municipales en mutation, et moi, et moi et moi!

  1. Pingback: Les bibliothèques municipales en mutation, et moi, et moi et moi! « la bibliothèque, et veiller

  2. Ex bibliothécaire bénévole durant 12 ans,, dans une commune de 1500 âmes, j’ai adoré ce travail, et ce qui se profile à l’horizon, avec le numérique, me semble une tâche passionnante. Votre blog est très intéressant, je continue à m’intéresser aux bibliothèques, parce que je les ai toujours fréquentées et que je continuerais..
    Si le peux me permettre et puisque vous êtes encore en formation, si j’ai tout compris, n’oubliez pas nos toutes petites structures, justement lieux de vie, de contacts, au-delà de leur fonction première, lieu de proximité et de vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s