Les bibliothèques municipales en mutation, et moi, et moi et moi!

© Véronique Decleyre
http://www.decleyre.be/
veronique/cartoons.html

Menaces  sur les finances locales, baisse de la fréquentation, dématérialisation des fonds. Que vont devenir les bibliothèques, en parlant des lieux, mais surtout quel devenir pour nous, bibliothécaires qui les font tourner ?

On pourrait penser que la possibilité d’accès direct par internet au document original, sans avoir à se déplacer, peut compromettre l’existence des bibliothèques rendues obsolètes.  Lire la suite

Le Web sémantique : améliorer l’accès aux catalogues des bibliothèques

A quand le catalogue en ligne de notre bibliothèque municipale qui répondra à la collégienne qui veut « s’occuper de bébés » qu’il existe des ouvrages sur les études de puériculture ? Comment renouveler l’image des catalogues et mieux les inscrire dans les pratiques actuelles des internautes ?

L’accès à distance aux collections des bibliothèques par la consultation des OPAC sera facilité par l’émergence des technologies du Web sémantique. Permettant à la fois une meilleure visibilité des collections et une recherche plus intuitive pour l’utilisateur. Et peut-être à terme d’inscrire ces accès dans l’écosystème du web ? Lire la suite

Emprunter une liseuse numérique dans les médiathèques!

test liseuse AFFICHE © Département Seine-Saint-Denis

Le mieux c’est de l’essayer dans les départements de Seine-Saint-Denis et Midi-Pyrénées.

> Du 6 mars au 3 novembre 2012 : c’est une initiative du département de la Seine-Saint-Denis et du MOTIf (Observatoire du Livre et de l’Écrit en Île-de-France). Et c’est dans les médiathèques d’Aulnay-sous-Bois, Bagnolet, Noisy-le-Grand, Rosny-sous-Bois. Voici donc les 4 lieux pour découvrir une lecture autrement.

Les usagers y trouverons : nouveautés littéraires, romans français et étrangers, polars, fantasy, guides pratiques, prix littéraires, grands classiques, mangas, BD, pour petits et grands!

Les bibliothécaires, pour qui ces supports représentent également de nouvelles compétences à acquérir et du temps à consacrer à l’information des lecteurs, seront amenés à organiser démos et animations autour de ce prêt expérimental.

Pourquoi ne pas en faire autant dans toutes les BM? Attirer l’attention de tous les lecteurs par les écrans nouvelle technologie à encre numérique est un projet qui s’inscrit ici dans le cadre d’une étude sur les nouvelles pratiques de lecture.

> Du 2 juin et jusqu’au 2 juin 2013, le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées va organiser une vaste expérimentation de prêts de lecteurs ebook et de tablettes dans les bibliothèques de la région.

Le mieux, c’est d’essayer pour se faire une idée!

Plus d’info : sur le site du département de Seine-saint-Denis et le site ActuaLitté

La recherche à facettes : les OPAC nouvelle génération

92% des Français se connectent tous les jours à internet ; ils passent 2h17 chaque jour sur le web pour leurs loisirs. Dans ce contexte, une accès virtuel aux bibliothèques, rapide, efficace et agréable, s’avère stratégique.

Les outils de consultation en ligne du catalogue de la médiathèque demeurent en retard en regard de ce qui peut être proposé dans d’autres secteurs. Au-delà de l’accès aux catalogues, le portail numérique offre de présenter des réseaux de médiathèques, ses services et donner accès aux ressources numériques.

Lire la suite

Comment favoriser l’accueil des jeunes dans les médiathèques ?

C’est une réflexion que mène depuis deux ans le réseau des médiathèques de Plaine Commune (Seine Saint-Denis). Après une expérimentation réussie d’ateliers de jeux vidéo à la Courneuve et à Epinay-sur-Seine, il a été décidé de les généraliser dans l’ensemble du réseau. Consoles, manettes et jeux ont été achetés pour circuler d’une médiathèque à l’autre en fonction des projets, par exemple, la boxe à Aubervilliers, en complément de l’exposition de photos, de livres et de rencontres programmées sur ce thème. Ou encore, la danse à la Courneuve, avec une conférence sur Michael Jackson. Le taux de participation est énorme : autour des joueurs se forme un cercle de 20 à 40 spectateurs, qui reviennent à leur tour passer du temps à la médiathèque lors des séances suivantes.

Réf. de l’article : Livres Hebdo n° 903 – Vendredi 30 mars 2012

Bibliothèque troisième lieu : quelles caractéristiques ?

Ray Oldenburg a établi une typologie présentant les caractéristiques du troisième lieu dans son livre The Great, Good Place

1- Un espace neutre et vivant : propice à un échange informe entre tous les membres de la communauté. Ces espaces agissent comme niveleur social où les individus se positionnent sur un même pied d’égalité.

2- Un lieu d’habitués : le troisième lieu agit comme un facilitateur social et permet de rompre la solitude ou de contrer l’ennui. Le troisième lieu offre un cadre confortable et douillet dans lequel les individus ont envie de séjourner.

3- Comme à la maison : véritable home away from home. Cinq éléments confortent le troisième lieu dans sa parenté avec le foyer : ancrage physique, sentiment d’appartenance, régénération du lien social, être soi-même et chaleur humaine.

4- L’œcuménisme social : l’individu en retire de multiples bénéfices personnels. Le troisième lieu est agrégateur de populations variées, il décuple les possibles de rencontres et génère une forme d’œcuménisme social.

5- Un cadre propice au débat : le troisième lieu revêt une fonction politique. Il encourage l’épanouissement de l’esprit démocratique en offrant un cadre propice à l’échange aux débats publics.

Oldenburg ne répertorie pas la bibliothèque au nombre des troisièmes lieux dans ses ouvrages. Un autre sociologue, Robert Putnam n’hésite pas à le faire en prenant l’exemple d’une des bibliothèques de Chicago. Il y voit un troisième lieu, un espace vibrant d’activités, un agent de changements.

Caractéristiques de la bibliothèque troisième lieu :

 1- Un ancrage physique fort : la bibliothèque troisième lieu engage un réel pari physique. Afin d’attirer en leurs murs des publics habituellement peu réceptifs, elle procède à une redéfinition de leur sémantique architecturale. Dans les ideastores londoniens ou les bibliothèques hollandaises, la palette de couleurs retenues, le confort, le design, voire l’excentricité, tranchent avec l’image austère parfois véhiculée par leurs aînées. De nombreux dispositifs introduisent de l’intime dans la bibliothèque et gomment les frontières entre sphère publique et privée. L’agencement des espaces prend davantage en compte la diversité des pratiques. Il se dégage de ces nouveaux établissements une ambiance stimulante et excitante.

2- Une vocation sociale affirmée : la bibliothèque troisième lieu propose à ses usagers des formes de vivre ensemble multiples, un cadre convivial propice au bien-être. Le confort physique et humain incite au prolongement du séjour et y introduit de nouveaux usages sociaux : parler, téléphoner, boire ou manger. Les cafés, de plus en plus présents, constituent des moteurs privilégiés de cette sociabilité. Pivots de la vie de la collectivité, ces établissements remplissent une mission citoyenne. Ils offrent des services à la personne (alphabétisation, formation, aide à la recherche pour l’emploi …) et entretiennent des partenariats privilégiés avec les associations, les écoles ou la presse locale.

3- La bibliothèque troisième lieu refuse d’être un lieu de prescription du savoir. Elle célèbre les dissonances culturelles, le voisinage de contenus, la diversité des supports culturels. Elle propose à l’usager une offre riche et variée sans hiérarchisation marquée.

4- Les goûts et les pratiques des usagers ont d’ailleurs une incidence directe sur la déclinaison des collections et des services proposés. L’usager se fait souvent co-créateur, producteur de contenus. Les pratiques collaboratives du Web 2.0 sont importées en bibliothèque : open podiums dédiés aux créations littéraires ou musicales (projet demotek en Europe du Nord). A Heerhugowaard, aux Pays-Bas, deux classes d’école primaires ont collaboré avec les architectes à la conception du bâtiment.

Bertrand Calenge, directeur des études de l’enssib : « La bibliothèque n’est plus un espace de stockage, mais un espace d’usages, un gisement ouvert rendu intelligent et actif par les bibliothécaires et avec le public ».

Mathilde Servet, chef de projet numérisation à la Bibliothèque nationale de France : « Il importe de s’inscrire en rupture avec un univers de la bibliothèque, ressenti comme parfois trop institutionnel, trop formel ou trop austère, et d’évoquer un espace résolument positif, associé à l’amusement, au plaisir… »

Patrick Bazin (directeur de la Bibliothèque publique d’information Centre Pompidou) va encore plus loin et parle de la bibliothèque hyper – lieu, dans son article du 19 mai dernier présenté dans livreshebdo.fr : « L’offre de contenus doit se construire à l’interface d’un savoir constitué, dont le bibliothécaire hérite par de multiples canaux institutionnels, et des horizons d’attente de divers usagers. Mieux, elle suggère que les formes de la médiation (l’environnement, l’accueil, l’accompagnement) font partie du contenu … »

Si vous souhaitez approfondir : 

Concevoir et construire une bibliothèque [Texte imprimé] : du projet à la réalisation / Ministère de la culture et de la communication, Direction générale des médias et des industries culturelles, Service du livre et de la lecture ; sous la direction de Laure Collignon et Colette Gravier ; préface de Nicolas Georges,…
Paris : Éd. « Le Moniteur », DL 2011

Bibliothèques d’aujourd’hui [Multimédia multisupport] : à la conquête de nouveaux espaces / sous la direction de Marie-Françoise Bisbrouck ; préface de Daniel Renoult. – Paris : Éd. du Cercle de la librairie, DL 2010
Accueillir, orienter, informer [Texte imprimé] : l’organisation des services aux publics dans les bibliothèques / par Bertrand Calenge.- 2e éd. rev. et mise à jour
Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 1999


Bibliobus numérique

Le Bibliobus est une bibliothèque itinérante publique en complémentarité de l’offre d’une bibliothèque ou médiathèque. Le but est de favoriser l’accès à la lecture auprès d’un large public et répondre aux problèmes de mobilité et d’éloignement. Selon les départements, la fréquence des passages du bibliobus est plus ou moins élevée.

L’évolution des technologies a permis de mettre à disposition des documents imprimés et audiovisuels, la mise en place de sites internet offre un accès et une utilisation plus conviviale avec catalogue informatisé consultable en ligne.

Quel avenir pour le bibliobus ?
Malgré une baisse de fréquentation et l’avenir incertain du bibliobus dans certains départements, le bibliobus numérique apparaît comme une nouvelle alternative. Il ne propose pas uniquement des livres mais aussi des ordinateurs, des nouveaux services comme télécharger à partir de serveurs de leurs bibliothèques des e-books, des vidéos et de la musique. Pour y accéder, il suffit d’une carte de bibliothèque.

La bibliothèque nomade numérique propose un accès à un patrimoine varié et riche avec une présentation numérique à ses usagers et à un nouveau public.
Une tendance qui nous arrive d’Amérique du Nord, on parle de « Digital Bookmobile » ou bibliobus numérique.